?

Log in

Previous Entry | Next Entry

Un couple a trois. Eaque, Ikki et Violate. One shot, song fic sur la chanson quatre mots sur un piano de Jean-Jacques Goldman, Patrick Fiori et Cristine Ricol. Ils s'aiment, ils sont bien ensembles, jusqu'à ce qu'Eaque dise le mot de trop. Violate s'en va. Ikki la suit. Mais au final, ça se finit bien, parce qu'ils s'aiment.
En lien avec Retrouvailles et Chaleur. Écrit le 10 Juillet 2014.

— Disclaimer : Comme d'habitude, rien n'est à moi.
— Couple : Eaque/Ikki/Violate.
— Rating : Tout public.

Improbable. Ils vont se faire souffrir. C'était ce que tout le monde avait pensé, à l'époque. Et pourtant ça avait tenu. Contredisant tout ce que les autres pouvaient penser. Ikki, Eaque et Violate. Shun avait sourit quand Ikki lui avait dit. « Si tu es heureux, ça me va grand frère. »

Il l'avait été. Ils avaient été heureux. Défiant tout le monde de dire quoique ce soit. Ils avaient surpris. Mais pas choqué. Ils avaient été accepter. Même s'il y avait eu des mauvaises langues.

C'était Eaque qui avait dit le mot de trop. Choisir. Il voulait qu'elle choisisse.

Ikki était rester immobile, stupéfait de l'audace du Juge.

Violate elle n'avait pas hésiter longtemps. Elle s'était approchée d'Eaque et la gifle avait résonner dans les appartements du Juge aux Enfers.

« Crétin. »

Ikki avait eu droit a un regard noir alors qu'elle sortait de l'appartement en claquant la porte.

« Je confirme ce qu'elle a dit, t'es un crétin, Eaque. » Il suivit Violate sans claquer la porte.

Quatre mots sur un piano, ceux qu'elle a laissés
Quatre c'est autant de trop, je sais compter


Quand Phénix revint il n'y avait personne. Sur le piano -parce qu'Eaque savait en jouer- se trouvait une simple feuille.

Je refuse de choisir.

Elle avait raison. Merde, ils avaient trouvé un équilibre. C'était pas banal, mais ils s'aimaient.

Quatre vents sur un passé, mes rêves envolés
Mais qu'aurait donc cet autre que je n'ai ?


Quand Eaque revint Ikki lui lança la feuille et alla s'installer sur le canapé des appartements du juge en se murant dans un silence signifiant qu'il lui en voulait.

Ne le saurai-je jamais

« Bordel. »

Ikki resta silencieux, écoutant Eaque râler a mi voix.

« Tu comptes vraiment passer la nuit sur le canapé ? »

Une minute passa sans réponse. Puis une deuxième. Et Eaque soupira.

« D'accord tu m'en veux, j'ai comprit. »

Cas très banal, cliché, dénouement funeste
Trois moins deux qui s'en vont, ça fait moi qui reste
Caresses, égards et baisers, je n'ai pas su faire


Le lendemain il était seul dans ses appartements. Trois moins deux qui s'en vont, ça fait moi qui reste. Le juge parcouru ses appartements, redécouvrant l'endroit.

Là un livre sur la méditation qui traînait, là la peluche ridicule mais mignonne qui avait fait craqué Violate a une fête foraine. Et là, cette photo d'eux trois, ils souriaient.

La partager me soufflait Lucifer
Depuis je rêve d'enfer


Pourquoi est-ce qu'il avait dit qu'il fallait choisir encore ?

Parce que c'était dur de partager Violate. Et pourtant il aimait Ikki aussi.

Eaque attrapa la photo et se laissa tomber sur le canapé, il avait tout fait foiré avec cette connerie. Ni Violate, ni Ikki ne lui pardonneraient.

Moi j'aurais tout fait pour elle, pour un simple mot
Que lui donne l'autre que je n'offrirais ?


Rhadamanthe regarda Violate et Ikki, ils avaient échouer dans ses appartements a un jour d’intervalle. Violate la première, insultant de bon cœur Eaque, puis Ikki ce matin-là.

« Dites c'est quand même mes appartements hein. » Dit le juge, qui n'eut droit qu'à deux regards noirs en réponse.

Rhadamanthe leva les mains en l'air et recula vers la porte.

« D'accord, j'ai rien dit. »

Il sortit pour aller chez Minos.

Elle était mon vent mes ailes, ma vie en plus beau
Était-elle trop belle ou suis-je trop sot ?
N'aime-t-on jamais assez ?


Eaque passa sa main sur la photo, Violate avait l'air heureuse. Ikki aussi. Et lui aussi, d'ailleurs en y repensant.

« Désolé. » Murmura-t-il dans le silence de ses appartements.

Quatre années belles à pleurer, maigre résumé
Cartes jouées mais la reine s'est cachée
Quatre millions de silences, de regrets qui dansent


Là dans ses appartements il y avait les souvenirs de quatre années. Quatre années merveilleuses. Et il avait tout gâcher par un simple mot.

Le juge serra la feuille, la froissant encore plus. Il les aimait alors pourquoi est-ce qu'il ne pouvait pas aller les trouver et leur dire ?

Les questions, les soupirs et les sentences
Je préférais ses absences


D'habitude quand l'un partait, il savait qu'il reviendrait, mais là... c'était tellement vide. Il était seul.

Violate était partie et elle ne reviendrait pas. Ikki l'avait suivie.

Trois moins deux qui s'en vont ça fait moi qui reste, songea-t-il, seul encore comme avant elle, comme avant eux.

Moi j'aurais tant fait pour elle, pour boire à son eau
Que lui donne l'autre que je n'offrirais ?


J'aurais fait n'importe quoi pour toi, se dit-il en pensant au sourire de Violate, et j'aurais fait n'importe quoi pour Ikki aussi.

La feuille termina chiffonnée dans le cendrier. Il craqua une allumette pour la réduire en cendre.

Elle était mon vent mes ailes, ma vie en plus beau
Mais était-elle trop belle, ou bien nous trop sots ?
N'aime-t-on jamais assez


Violate avait toujours été là, elle s'était battue pour réussir a atteindre son cœur que tous aux Enfers disaient de glace.

Puis il y avait eu Ikki. Lui aussi avait réussit a atteindre son cœur. Il n'aurait pas du les laisser partir.

La porte s'ouvrit et il leva les yeux pour voir Ikki. Ce dernier le lui lança même pas un regard.

« Je vais repartir au Sanctuaire. » Dit le chevalier du Phénix.

Vous étiez ma vie comme la nuit et le jour
Vous deux, noués, filiez mon parfait amour


Elle avait suivit Ikki, s'appuyant contre le mur devant la porte des appartements d'Eaque.

Elle avait toujours aimé Eaque. Depuis tellement de siècle. Et puis Ikki était arrivé et elle était tombée sous son charme. Eaque aussi.

Un matin vous m'avez condamnée à choisir
Je ne vous aimais qu'à deux


Alors pourquoi ? Pourquoi est-ce qu'Eaque avait voulu qu'elle choisisse ? Elle ne les aimait qu'à deux. Elle ne pouvait pas choisir.

Elle les aimait. Ils l'aimaient. Et ils s'aimaient aussi. Il ne fallait pas choisir.

Je vous laisse, adieu
Choisir serait nous trahir


Est-ce qu'ils allaient se séparer comme ça ?

Violate releva les yeux quand la porte se rouvrit, Ikki sortit avec un sac, il employait les grands moyens.

Elle n'avait pas oser. Parce que si elle entrait, elle était sûre qu'elle ne pourrait pas faire comme lui.

Mais qu'aurait donc cet autre que je n'ai ?
Ne le saurai-je jamais ?


« 3... 2... 1... » Souffla Ikki.

Et la porte s'ouvrit a nouveau, plus brusquement. Ikki n'avait fait que deux pas, il esquissa un sourire victorieux en regardant Violate.

Eaque attrapa le bras d'Ikki, il n'avait pas remarquer Violate qui les regardait en silence, appuyée contre le mur.

« Reste. »

Violate rendit son sourire a Ikki et s'approcha.

« Je ne dois plus choisir alors ? » Demanda-t-elle en fixant Eaque qui la regardait stupéfait.

La partager me soufflait Lucifer
Depuis je rêve d'enfer


« Non. J'ai comprit. »

« Alors je reste. »

Le trio rentra ensuite dans les appartements d'Eaque.

Cachés au coin du couloir, Rhadamanthe et Minos soupirèrent de soulagement. Ça n'avait duré que quelques jours, mais Eaque avait été invivable. Il fallait bien Violate et Ikki pour le gérer.